Corona au Cap-Vert – Le retour du tourisme

Depuis le début de la pandémie, tous les vols internationaux à destination et en provenance du Cap-Vert ont été suspendus afin de contenir la propagation du virus. Dans le même temps, le tourisme s’est lui aussi arrêté. La première infection a été enregistrée sur l’île de Boa Vista. Pour cette raison, toutes les voies de circulation vers le reste du pays ont été fermées jusqu’à récemment.

Influence sur la vie quotidienne

Nous sommes en contact avec nos boursiers sur place et avons ainsi un aperçu direct de ce qu’était la vie au moment de la crise. Comme les habitants du Cap-Vert ont une interaction très sociale, les mesures de quarantaine sont particulièrement difficiles pour la population. La plupart des familles sont également confrontées à des difficultés financières. L’une des raisons de cette situation est que de nombreux habitants sont directement ou indirectement employés dans l’industrie du tourisme.

Les Capverdiens sont un peuple très heureux et positif, c’est ainsi que nous avons fait leur connaissance lors de nos voyages de fondation au Cap-Vert. Cependant, en raison de la pandémie, beaucoup de choses ont changé, des écoles, des églises et de nombreuses autres institutions ont été fermées.

Une de nos boursières nous a raconté comment se déroulait sa vie quotidienne pendant l’état d’urgence sur l’île de Boa Vista :

J’ai trouvé particulièrement difficile de savoir que des membres de ma famille, des amis et d’autres êtres humains ont besoin d’aide et que je ne peux pas les aider. Lorsque le virus s’est déclaré, mes camarades de classe et moi étions en phase de stage dans le cadre de notre formation de directeur d’hôtel. J’habite en fait dans la ville de Praia, la capitale du Cap-Vert, où se trouve notre école. Pour le stage scolaire, je suis allé sur l’île de Boa Vista pour y faire le stage de trois mois. Lorsque le virus a éclaté sur l’île, je n’ai pas été autorisé à retourner dans ma famille. Jusqu’à la fin de l’état d’urgence déclaré par le gouvernement, j’étais coincé dans un hôtel. Là, j’ai aidé à nourrir le personnel et à garder l’hôtel propre. Sinon, j’étais seul dans ma chambre. Cette période a été particulièrement difficile pour moi et pour tous les autres. Nous avons tous dû nous adapter à ce nouveau mode de vie afin de contenir la propagation du virus. À mon avis, tout ne dépend pas des actions et des mesures du gouvernement et des installations touristiques. Beaucoup dépend aussi de la coopération et de la mise en œuvre par les citoyens capverdiens“.

Malgré le chômage temporaire, les personnes avec lesquelles nous sommes en contact sont très positives. Ils pensent que le Cap-Vert pourra bientôt ouvrir à nouveau ses portes au monde et que la vie reviendra à la normale.

Aide du gouvernement pour lutter contre la Corona

Au Cap-Vert également, le gouvernement a pris certaines mesures pour ralentir la propagation de la pandémie. Tant nos boursiers que la majorité de la population sont satisfaits de cette aide.

Le gouvernement soutient en particulier les familles qui ont été particulièrement touchées. Par exemple, les familles de Santo Antao seront soulagées des frais d’électricité d’avril à juin. Sur une

autre île, les familles reçoivent gratuitement jusqu’à 50 litres d’eau par jour. Les familles reçoivent également une aide alimentaire et des citernes et des lavabos ont été construits dans les rues.

Normalisation de la situation de crise

Ce n’est que depuis la fin mai 2020 que l’état d’urgence sur toutes les îles est considéré comme levé. Ainsi, les liaisons maritimes pour le transport de passagers

  • à destination et en provenance de Boa Vista depuis le 1er juin,
  • avec départ et arrivée à Santiago à partir du 30 juin.

Les vols inter-îles sont autorisés à partir du 30 juin, y compris à Santiago. Depuis fin mai, il est à nouveau possible de visiter les plages de toutes les îles à des fins récréatives.

Toutefois, les événements culturels et sportifs sont toujours interdits jusqu’au 1er octobre 2020, y compris les festivals, les manifestations et les événements sportifs.

Un nouveau départ pour le tourisme

Le gouvernement a également présenté un programme de santé et prévoit d’ouvrir les frontières à partir de juillet 2020. Cela permettra également de rendre à nouveau possible les voyages touristiques dans le pays, ce qui est très important pour tous les Cap-Verdiens. De nombreux emplois en dépendent.

Toute la population travaille dur pour garder la situation du pays sous contrôle afin de permettre aux touristes d’entrer et de séjourner en toute sécurité.

Comme disent les Capverdiens : “Nu sta djuntu. Nu tem ki sta djuntu pa nu ganha es batalha”. Ce qui signifie : “Nous nous serrons les coudes. Nous devons nous serrer les coudes pour vaincre la pandémie”.

#WirBleibenZuHause #StayAtHome #FiqueEmCasa #NuFikaNaKaza

RETOUR AU NEWS-BLOG

CONTACTS ET DONS

Il est facile d’aider. Prenez contact avec nous. C’est le meilleur moment pour le faire ! Aidez à façonner l’avenir !

QUESTIONS ?
DONNEZ !